YAMAHA YZF-R1 2012

Publié le par Alain

Yamaha vient de lever le voile sur ses premières nouveautés 2012, et parmi-elles figure une YZF-R1 légèrement retouchée et modernisée. Afin de rétorquer à la course à l'armement technologique déclenchée par l'Europe (Aprilia RSV4, BMW S1000RR et Ducati 1198 en tête), l'Hypersport aux diapasons adopte notamment un anti-patinage.

Baptisé TCS (sans doute pour Traction Control System ?), le contrôle de traction Yamaha déconnectable fonctionne grâce à des capteurs fixés sur les roues et son action est paramétrable sur six degrés de sensibilité, soit sept niveaux en tout en comptant le mode "Off".

YZF-R1 2012 : TCS paramétrable et injection peaufinée

Dès qu'un patinage de la roue arrière est détecté par le système, celui-ci intervient directement sur l'ouverture des gaz, le volume d'injection et le calage de l'allumage. Une opération facilitée par le recours à l'accélérateur électronique de type "ride-by-wire" qu'utilise la R1 depuis sa refonte de 2007 (lire notre Essai de l'YZF-R1 2007).

Yamaha précise qu'avec les trois modes de cartographies réglables (A,B ou Standard) au guidon, l'YZF-R1 2012  offre ainsi "un total de vingt-et-une options de réglage".

yzf-r1-2012-coloris.jpg

 

Hormis l'ajout du TCS, l'Hypersport Yamaha millésime 2012 a aussi subit quelques modifications sur l'unité de commande électronique de son 4-cylindres de 998 cc à calage "cross-plane" qui, lui, n'évolue pas en termes de puissance et de couple : 182,1 ch et 115,5Nm. Une nouvelle cartographie d'injection améliorerait ainsi la façon dont est délivrée cette puissance et la progressivité de l'accélération.

En outre, la Yam' adopte un nouveau support de guidon en aluminium moulé par gravité directement inspiré des M1 de MotoGP de Lorenzo, Spies, Edwards et Crutchlow., tandis que les repose-pieds sont désormais dotés de saillies antidérapantes qui améliorerait "le ressenti et la tenue", précisent les japonais.

 

Le cadre Deltabox en aluminium ne connaît aucun changement sur ce nouveau modèle, pas plus que le reste de la partie-cycle : les étriers radiaux six-pistons à l'avant, la fourche inversée de 43 mm ou le mono-amortisseur sont exactement les mêmes que ceux découverts sur le modèle 2009 (lire notre Duel R1 Vs CBR1000RR du 29 octobre 2009).

 En conséquence, la Yamaha conserve les mêmes mensurations qu'auparavant (1415 mm d'empattement et 835 mm de hauteur de selle notamment), et surtout son relatif embonpoint par rapport aux plus fluettes de ses rivales : 206 kg tous pleins faits contre seulement 198 kg (sans ABS) pour la nouvelle Kawasaki ZX-10R ou encore 204 kg (sans ABS) pour la S1000RR. 

Enfin, au chapitre du design, ce millésime 2012 ne connaît là-encore que peu de modifications : les sorties de silencieux placées sous la selle gagnent en compacité, tandis la section située sous les deux phares avant a été ouverte et une ligne plus marquée a été créée au-dessus. En outre, la partie centrale du carénage est plus haute qu'auparavant.

 

Ces changements, qualifiés de "mineurs" par les ingénieurs Yamaha eux-mêmes, permettraient néanmoins de soigner l'aérodynamisme de l'YZF-R1 2012. Pour finir, les feux de position sont désormais à LED, et une "nouvelle finition réfléchissante est intégrée sur le bord inférieur des doubles phares pour accentuer l'effet "ligne d'yeux" lorsque les feux de position sont allumés", décrivent les designers Yamaha.

La Yamaha YZF-R1 2012 sera disponible en "Anniversary White" (coloris 50ème anniversaire rouge et blanc), en "Matt Grey" (gris mat), Yamaha Blue (bleu) et Competition White (blanc). Son tarif (15 999 € actuellement) n'est pas connu à ce jour, pas plus que sa date d'arrivée en concessions Yamaha.

Publié dans essais

Commenter cet article

denis 03/01/2012 10:24


Tous mes voeux pour 2012 santé bonheur.


Denis

angelyz 30/09/2011 16:30



yam, yam.. mouais... à qd la suzuk ? ;)
bizou mister